La nécessité d'une prévention indiquée

La prévention indiquée se concentre sur des individus identifiés comme présentant des facteurs à risque en matière de drogue, par exemple, un trouble de déficit d'attention ou de l'hyperactivité (TDAH). Cependant, des mesures de prévention visant les jeunes qui présentent un TDAH ne sont mentionnées qu'en Allemagne et en Suède. En Allemagne, selon les estimations actuelles de la prévalence du TDAH, 2 à 6 % des jeunes âgés de 6 à 18 ans sont touchés, ce qui en fait l'une des images cliniques chroniques les plus courantes chez les enfants et les jeunes. En Suède, la stratégie préventive pour ces enfants englobe une formation cognitive et sociale et des méthodologies sont diffusées via une formation des professionnels de la prévention. Étant donné que pratiquement tous les enfants en âge préscolaire sont couverts par les soins de santé primaire et que la plupart suivent l'enseignement primaire, la majorité des enfants à risque pourraient être identifiés par un examen systématique et des interventions personnalisées ultérieures.

Le plan d'action italien insiste fortement sur les états psychopathologiques et sur les troubles graves du comportement chez les enfants et les adolescents, susceptibles de présager de l'usage et de l’abus de drogues s'ils sont ignorés à un stade précoce. Les problèmes identifiés sont, notamment, les troubles comportementaux, l'hyperactivité et le déficit d'attention, l'anxiété allant de pair avec des sautes d'humeur, la boulimie et l'obésité psychogène, les troubles de la personnalité, les problèmes de communication interpersonnelle, les troubles liés à un stress post-traumatique et les crises de panique. Les stratégies de prévention universelle et sélective sont considérées comme des réponses à ces problèmes.